SOCIETE

Le CNC sanctionne trois organes de presse pour manquement à l’éthique et à la déontologie

Written by Annette Olinga

Le Conseil National de la Communication (CNC), l’instance autonome de régulation du secteur de la communication sociale au Cameroun, a rendu public le 21 février 2024 les décisions prises lors de sa 41ème session ordinaire, tenue en application du décret N° 2012/038 du 23 janvier 2012 portant réorganisation du CNC.

Au cours de cette session, le CNC a examiné cinq cas de régulation portant sur des plaintes formulées par des personnes physiques ou morales contre des organes de presse écrite, en ligne ou audiovisuelle, pour des faits d’atteintes à l’éthique et à la déontologie professionnelles en matière de communication sociale.

Parmi ces cas, deux ont abouti à des non-lieu à suivre, deux à des avertissements et trois à des suspensions de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée de deux mois.

Parmi les organes de presse sanctionnés, on retrouve le bihebdomadaire « Le Point Bihebdo », accusé par le Coordonnateur du Comité National de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration (DDR), FAÏ-YENGO Francis, de publier des informations non vérifiées, non équilibrées et non recoupées, portant atteinte à son honneur et à sa réputation. Le Directeur de publication de cet organe, Thierry Patrick ONDOUA, et le journaliste Nicolas ATANGANA, ont été suspendus pour deux mois de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun.

La chaîne de télévision « My Media Prime TV » a également été épinglée par le CNC, suite à la plainte d’un Inspecteur de Police, FONGU Peter TAKA, qui reprochait à l’un de ses journalistes, NJIAYOUOM Thobie Christian II, d’avoir diffusé sa photographie à la place de celle d’un présumé bandit, et d’avoir tenu des propos dénigrants à son égard, lors de l’émission « kondre news » du 27 octobre 2023. Le journaliste incriminé a reçu un avertissement du CNC.

Le CNC a également prononcé un non-lieu à suivre dans l’affaire opposant le Directeur Général de DANGOTE CEMENT CAMEROON S.A, Bertrand MBOUCK, à l’hebdomadaire « L’Activateur » et à son Directeur de publication, Engelbert MFOMO. Le plaignant accusait le journal d’avoir publié des informations non fondées et insinuantes, portant atteinte à l’image de la société qu’il dirige, en la présentant comme attributaire d’un lot illégalement soustrait à une dame détentrice d’un titre foncier. Le CNC a estimé que le journal avait respecté les exigences professionnelles d’investigation et de recoupement dans le traitement de l’information.

Enfin, le CNC a adressé un avertissement au site d’information en ligne « Investir au Cameroun », à son Directeur de publication et à trois de ses journalistes, ABOUDI OTTOU, Aristide et Frédéric Nonos, suite à la plainte du Chef du Bureau Exécutif de la société ENANGUE HOLDING SARL, AWANA ATEBA Michel, qui leur reprochait d’avoir publié un article en ligne contenant des informations insinuantes, de nature à porter atteinte à sa dignité et à celle de la société qu’il représente.

Le CNC a rappelé aux professionnels des médias l’impérieuse nécessité de respecter les règles d’éthique et de déontologie qui régissent leur métier, et de veiller à la crédibilité, à la fiabilité et à la véracité des informations qu’ils diffusent au public.

About the author

Annette Olinga

Leave a Comment